On en a beaucoup parlé, la loi HADOPI (voir ici) instaurant une "riposte graduée" face au partage des oeuvres artistiques sur internet, loi inapplicable et injuste pour la majorité de la blogosphère française, mais cheval de bataille du gouvernement, a été rejetée à l'Assemblée Nationale.

Jeudi a eu lieu le vote définitif de cette loi, et l'hémicycle étant presque vide, les députés de gauche plus nombreux que ceux de droite ont remporté la décision finale: la loi est rejetée.

Si vous ne les avez pas encore vues, je vous invite à profiter de ces images (LCI) assez jouissives:



Alors que le président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, Jean-François Copé, parle d'un "petit loupé" pour tenter de minimiser l'affaire, le président de la République, du haut de son palais, est pour sa part entré dans une colère noire, comme à son habitude. Il aurait donc déclaré qu'il "
n'entend pas y renoncer quelles que soient les manoeuvres dérisoires qui n'ont comme seul effet que de nuire à la diversité de la création" .

La manoeuvre dérisoire, elle est simple à comprendre: pour ne pas avoir à voter cette loi qu'ils savaient indéfendable, mais pour ne pas trahir leur parti au gouvernement, les députés de l'UMP ont massivement préféré ne pas se déplacer.

Pourtant, à l'Elysée, il n'y a pas que des déçus. Bien sûr, c'est un sérieux revers pour le président et son gouvernement, mais Mme Sarkozy, touchée de près par la question, puisqu'elle est elle-même l'une des chanteuses les plus téléchargées, semble bien moins déçue que son époux. En 2004, soit bien avant d'épouser un président de la République, elle déclarait à France 2:


*

Peut-être que Monsieur pourra demander à sa femme de l'aider à surmonter cette épreuve en la laissant lui expliquer l'absurdité tant dénoncée de cette loi?

*Il est probable qu'en disant "téléportée" Mme Bruni pensait à "téléchargée"
Retour à l'accueil