Ils l'ont fait! Vous rêviez de voir de près une chaise électrique? Toucher de vos blanches mains l'objet de supplice sur lequel ont été exécuté une quinzaine de personnes? Vous vouliez voir la star des instruments de torture, vous prendre en photo assis dessus, et rendre jaloux tous vos amis en leur montrant? C'est désormais possible!

Cette semaine, un débat a eu lieu dans la ville de McCook, Nebraska (USA) pour savoir ce qu'ils allaient faire de cet objet encombrant, devenu inutile depuis qu'il était jugé anticonstitutionnel:


La décision a été rendue publique aujourd'hui: elle deviendra une attraction touristique! Approchez braves gens, ne craignez rien, seulement quinze personnes y sont mortes, admirez comme elle est belle! Petits et grands y trouveront le plaisir de connaître les très-riches heures de l'histoire américaine en s'amusant! Pourquoi ne pas essayer vous-mêmes de vous asseoir dessus, d'enfiler le casque et de vous lier les poignets (vérifiez néanmoins que l'interrupteur est bien éteint).

D'ailleurs, certains forains américains ont trouvé l'idée tellement bonne qu'ils ont inventé un concept de fausse chaise électrique comme attraction. Enfermé dans un parallélépipède de verre, sous des néons bleuâtres, un mannequin encagoulé se contorsionne avant d'émettre les râles de l'agonie. Un nuage de fumée entoure alors le personnage avant que les convulsions s'arrêtent et que sa tête retombe, ballante.


L'attraction, achetée par un Luna Park français, a été retirée à la demande des visiteurs du parc (des centaines de personnes ont été scandalisées), et elle a tout bonnement été interdite en Italie. Mais fort heureusement, le pays de la liberté n'entrave pas le bon goût des amusements forains, et cette attraction est visible dans toutes les bonnes foires des Etats-Unis.

Quand je pense à cela, un souvenir me revient en mémoire. Au cours d'un séjour à Dublin, j'ai eu l'occasion de visiter la Kilmainham Gaol, l'ancienne prison coloniale anglaise. La visite de cette prison n'est pas faite pour les touristes, mais pour les Irlandais (bien que les touristes y soient bien reçus) afin que l'histoire ne se perde pas. Pour éviter toute erreur d'interprétation, il est impossible de visiter sans guide. La visite, très émouvante, se termine dans la cour qui a servi à l'exécution des meneurs de la révolte de Pâques 1916. Parmi les exécutés, on compte James Connolly, que certains surnomment le Jaurès irlandais. Connolly était un socialiste convaincu que l'Irlande, une fois libérée, pourrait devenir le premier pays respectueux de l'humanité, tant dans ses mesures sociales qu'économiques. Lorsqu'il a été arrêté, les tirs britanniques l'avaient déjà presque tué, si bien qu'il ne tenait pas debout au moment de son exécution, et qu'il a dû être fusillé assis, ligoté sur une chaise. A l'emplacement de cette chaise se trouve aujourd'hui une petite croix noire. Au moment où j'ai fait cette visite, des touristes américains se sont beaucoup plu, et sont allés sans complexe se prendre en photo tout sourire devant la petite croix. Je ne peux pas m'empêcher de penser que ces gens seront parmi ceux qui apprécieront le plus la visite de McCook, à présent.

A l'époque, le guide de la prison n'avait pas digéré cette scène, et avait cordialement invité les touristes en question à sortir car, avait-il dit, ils n'avaient rien compris, et s'étaient trompés de lieu pour leurs photos de vacances. Puisque, c'est la tradition sur ce blog, je dois relever une lueur d'espoir, je rends hommage à ce guide qui incarne véritablement mon espoir dans un tourisme qui peut être acte d'ouverture, et non bêtise néo-coloniale...

Retour à l'accueil