Suite à une manifestation nationale ayant réuni 50 000 personnes contre la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche (cf. article explicatif) un groupe de plusieurs centaines d'étudiants de la Sorbonne est allé symboliquement occuper l'université. Le message qu'ils ont adressé à la presse en sortant vers minuit et demi était très clair:

Nous demandons l’abrogation de l’ensemble des réformes organisant la casse de l’enseignement. Nous nous opposons à la marchandisation de tous les secteurs de la société. C’est pourquoi nous exprimons par notre présence ici notre solidarité avec les deux départements français en grève générale. Nous appelons l’ensemble de la population, sans-papiers, précaires, étudiants, chômeurs, travailleurs, lycéens, retraités, à s’auto-organiser en prenant part à ces luttes.

Pour ce faire nous appelons à bloquer et occuper les lieux de pouvoir, les axes de circulation des marchandises. Il est nécessaire aujourd’hui d’unir les luttes et de suivre l’exemple de la Grèce et de la Guadeloupe. C’est la seule manière de faire reculer le gouvernement.


En somme, il ne s'agit pas tant de lutter contre une loi particulière ou contre la seule réforme du statut des enseignants-chercheurs, mais plutôt de mettre en place un véritable mouvement de contestation contre l'ensemble des mesures du gouvernement. Un slogan entendu au cours d'une manifestation étudiante "Pecresse, on s'en fout! C'est le système qui nous rend fous!"
Retour à l'accueil